Le Lombez Samatan Club, club de rugby chargé d'histoire, vous accueille sur son site.

Le groupe seniors évolue en fédérale 1, l'élite du rugby amateur. Fort d'une école de rugby dynamique et conviviale, d'un pôle jeunes performant, le club compte aujourd'hui 450 licenciés.

Venez découvrir sur ces pages la vie du LSC.

  

Actualités

Ça devait surement se finir comme ça ……
Parti aux yeux de nombreuses personnes, pour ne pas gagner un seul match de l’année, l’équipe, le staff et même tous un club a relevé le défi de cette montée, en s’accrochant pour ne pas être ridicule…..Oui mais voilà, le travail, l’abnégation et la détermination de ces joueurs ont fait qu’ils ont refusé l’échec, ce sont octroyé plus d’entraînements, plus de déplacements et encore plus de cohésion et de rigueur pour essayer de jouer et de gagner, et ils l’ont fait avec en bonus une qualification de l’équipe réserve, mais qui l’aurait cru ??????
Parti pour prendre des déculottés à Auch ou à Nevers comme nos homologues et concurrent direct, et en ne faisant aucune impasse, nous avons réduit de moitié les scores fleuves que pouvaient prendre les autres. Cette année, pour la première fois depuis dix ans, j’ai vu des adultes avoir les yeux brillés comme des gosses à chaque rencontre avec ce sentiment inexplicable d’avant match ou on se ne sait jamais comment ça va se terminé….
Tout cela touche à sa fin, mais il nous reste un dernier défi dimanche avec la réception de Nevers.
Un obstacle impossible à jouer sans le soutien inconditionnel de tout un peuple venu remercier et encourager les petits de la Save. Le plus petit de la division recevra bien le plus gros pour jouer son maintien lors de la dernière journée. Je me dis de que ça devait surement se finir comme ça….Fidèle à nos valeurs, nous ferons tout pour qu’une dernière fois cette saison, vos enfants prennent des étoiles dans les yeux pour que le LSC continue de traverser le temps, mais cette fois ci il n’y aura pas débat si ne nous sommes pas 16 vrai acteurs à nous battre…..
Nous vous attendons tous dimanche pour remplir le stade Paul Vignaux et espérons très sincèrement entendre pousser d’une seule et unique voix les joueurs du LSC.
« LSC, Allez allez allez….. »
Christophe Lafforgue
Supporter, éducateur et entraineur du Lombez Samatan Club

Anturville : «Ne pas le prendre à la légère»

Fédérale 1

Pour Jean Anturville l'entraîneur de Nevers, ce sera presque un retour à la maison, dimanche, puisqu'il est originaire de Pau, Et connaissant le coin, il sait très bien que rien ne sera facile sur les bords de la Save. Beaucoup de bruits ont circulé sur le fait que l'USON pouvait «laisser» le match au LSC pour éviter Auch en barrage, voici ce qu'il répond. «ce Match on doit le gagner, pour conserver notre première place de la poule. On a un concurrent sérieux derrière qui est Auch et qui se trouve à deux points. Et si on perd, ils nous passent devant. Donc nous venons dans le Gers avec l'ambition de bien faire, mais on sait très bien que ce ne sera pas suffisant. On sait très bien qu'on ne gagnera pas si on ne fait pas un bon match. Après on sait très bien que Lombez doit aussi gagner et que même si le maintien est assuré, ils voudront se mettre à l'abri d'un coup du sort comme il en existe souvent à l'inter saison. Alors, à nous d'être sérieux au maximum. On sait très bien que le LSC a des valeurs de vaillance, après ils ont un bon paquet d'avant, ils sont entreprenants, ils marquent des essais, et si on leur laisse des ballons ils sauront plutôt bien les utiliser. On sait que c'est une équipe complète à ne pas prendre à la légère. A nous de gagner la bataille de la conquête et celui du pack d'avant, c'est là que se jouera la victoire.

Au niveau effectif, les mauvaises langues diront que l'entraîneur palois de l'USON va préserver ses forces, voici ce qu'il leur répond : «On sait très bien que nous avons un barrage derrière, mais ce dimanche nous mettrons la meilleure équipe possible, c'est-à-dire les joueurs qui sont à 100 %. Il y en a quelques-uns qui reviennent de blessure, et ceux-là, bien entendu, seront préservés. On ne veut pas qu'ils risquent une rechute. Nous aurons la meilleure équipe possible.»

 

Lafforgue : «Que notre fierté soit là dimanche»

 

Le championnat de Fédérale 1 vivra son épilogue dimanche avec pour le LSC la réception du leader Nevers. Ce sera la «der» sur le banc saviste pour Christophe Lafforgue. L'entraîneur s'est confié à «La Dépêche».

Christophe, nous abordons le dernier match dimanche. Que peut-on dire d'ores et déjà de la saison ?

La saison, telle que l'ont vécue les joueurs, le staff, les dirigeants et les supporters restera comme une des plus riches de notre histoire. On nous prédisait l'enfer, sans une seule victoire, avec des valises partout, même si le début a été difficile comptablement, en continuant à travailler, nous avons réussi à nous mettre au niveau et à progresser dans le jeu, avec le second plus petit budget de France, dans une poule de qualifiable et en étant le seul promu.

Vos joueurs ont quand même fourni de gros efforts…

C'est vrai, mais je pense aussi à mon staff qui a été tout aussi présent. Pour les joueurs, quand trois fois par semaine ils descendent de Toulouse le soir dans les bouchons, après le travail, s'imposent en plus de la musculation et de la vidéo personnelle, je leur tire mon chapeau. Cette saison a été dure pour certains, mais elle leur servira pour la suite. Ils le comprendront, mais plus tard. Les échecs, c'est à moi de tous les assumer et les victoires elles sont pour eux. Encore une fois, ils sont géniaux ces mecs !

Dimanche, c'est Nevers, un match particulier, non ?

La seule particularité de ce match, c'est que c'est le dernier de la saison et le dernier pour certains joueurs et pour moi également. Pour le reste, nous recevons certainement l'équipe de Fédérale 1 la mieux armée pour la montée en Pro D2, qui a mis souvent 30 à 40 pts à l'extérieur (Oloron, Castanet, Agde, Rodez…) et qui prépare son ascension. La seule chose que nous avons à espérer, c'est que notre fierté soit là ce dimanche.

C'est un défi impossible ?

Je ne sais pas comment c'est ailleurs, mais à Samatan, le public est tellement derrière vous qu'il vous ferait presque croire que vous pouvez tomber n'importe qui, même si c'est impossible. Il vous envoie au fer et vous pousse à vous battre. L'opposition n'est pas un problème à partir du moment où nos valeurs sont là, le résultat qu'ils jugeront, ce sera notre courage sur le terrain. Il nous faut un point pour espérer sérieusement le maintien, et ce point j'espère que mes joueurs le défendront au-delà du possible, même si à tout moment on peut en prendre 40, voire plus. Après, nous recevons dimanche l'équipe de M. Dumange, pas celle de Nevers, une équipe de niveau Pro D2, et au sifflet M. Cloute, arbitre de Top 14, et là au milieu de tout ça, il y a Lombez-Samatan, ce qui pourrait être un petit caillou dans la chaussure du leader. Un petit caillou qui 30 ans après sa montée en nationale est toujours là à se battre contre des clubs qu'il ne devrait voir qu'à la télé, alors, l'espoir il y est et il y sera toujours. Si nous continuons de traverser le temps, c'est aussi pour ça. Dimanche, c'est la journée «rouge et blanche» et on s'est promis depuis le début de saison que nos enfants de l'école de rugby devraient avoir des étoiles dans les yeux à tous nos matches. Celui-là, il est pour eux !

LSC : en eaux troubles

Fédérale 1

Les Savistes auront un gros challenge à relever, le 24 avril, avec la réception du leader Nevers./ Photo DDM, S. L.

«Quand on a des occasions, il faut les mettre». C'est ce constat qui revenait à l'issue de la rencontre du LSC perdue à Mauléon (7-9). Décidément, après Agde, où un début de match raté les a probablement privés d'un bon résultat et du maintien, les Savistes tiennent à faire durer le suspense. En Soule, ils avaient pourtant les moyens de passer. Il leur aura manqué le brin de réussite nécessaire pour remporter cette rencontre. Difficile de mettre la faute sur les buteurs mais il faut reconnaître qu'avec 15 points ratés en seconde période, dont un drop en position idéale qui est passé sous la barre, ils n'ont pas connu une grande journée. Mais il n'y a pas eu qu'eux à ne pas avoir su concrétiser. En même temps, il est difficile de critiquer les joueurs, ils ont mouillé le maillot sans défaut. Cependant, ces points laissés en route, pas que dimanche, mais toute la saison, ainsi que la contre-performance étonnante de Bagnères-de-Bigorre face à ces mêmes Souletins, font que le suspense va encore durer. C'est donc un ultime défi que les Gascons vont devoir relever le 24 avril : obtenir au minimum un point de bonus défensif, chez eux, devant le leader, Nevers !

Car le petit point du bonus défensif acquis à Mauléon risque fort de ne pas suffire au LSC pour se maintenir. Comptant désormais trois points d'avance sur leurs poursuivants immédiats, Agde et Mauléon, qui s'affronteront lors de la dernière journée, les Gersois doivent impérativement, pour assurer leur maintien, obtenir ce point de bonus face à Nevers. Cela à condition que Mauléon ou Agde ne marque pas de bonus offensif à l'issue de leur duel. Ou bien, il faudrait que, pour bétonner sa position, le LSC imite Bagnères-de-Bigorre et batte les Nordistes... Côté FCAG, on va surveiller ça de près.

Si Agde et Mauléon se neutralisent, c'est tout bénéfice pour le LSC. Quant au meilleur non relégable, si jamais Rodez ne sauve pas sa tête face à la DNAG, ce sera dans la poule 1, en l'occurrence Graulhet, que l'on comptera le repêché. Un peu injuste car les Tarnais ont bénéficié du forfait général de Châlon qui leur a donné 10 points, sans grand effort. Après, il peut toujours y avoir des surprises quant aux accessions et aux relégations surtout administratives.

Rien n'est encore certain, donc, pour le LSC et son maintien...

Le LSC devra attendre

Les Savistes devront donc attendre jusqu'à la dernière journée pour savoir s'ils se maintiennent ou pas en fédérale 1.

En s'imposant à Mauléon, ils avaient l'occasion de s'assurer du maintien dès cette 17e journée, c'est raté.

Voilà donc une occasion de manqué . Un peu à l'image du match des Gersois en Soule hier. Car les hommes de Christophe Lafforgue ont eu plusieurs fois l'occasion de remporter ce match de la peur chez un rival direct. Mais le pied de Johan Bensalla a trop «tremblé» pour convertir les nombreuses opportunités qui lui ont été offertes. Néanmoins, le demi d'ouverture gersois n'est pas le seul à avoir fait preuve de fébrilité ou de maladresse. Toute son équipe a été dans ce cas. A l'image de ce drop de la gagne, mais raté 40 mètres face aux perches par Alexandre Baron (76e). A l'image aussi de cette mêlée à 5 mètres de l'en-but local. Une mêlée, à l'arrivée, gagnée par les Mauléonais sur une énième faute gersoise.

Des fautes, les deux équipes en ont commis à la pelle. Le match a été tendu du début à la fin. Il est vrai qu'avec une propension à «dégainer» les cartons à la vitesse de lucky luke, Monsieur Frayssinet, n'a rien fait en début de match pour calmer les angoisses des deux camps. Entre la 12e et la 25e, l'arbitre a envoyé sur la touche quatre joueurs : deux pour chaque équipe. Parfois de façon logique, parfois un peu moins. Et le public local cherche encore la raison pour laquelle, il a accordé l'essai de pénalité aux Gersois (3-7, 14e). Sur la toute première introduction de la mêlée, tout le stade Marius Rodrigo voit en effet, le 2e ligne du LSC se relever…juste avant que monsieur l'arbitre ne siffle l'essai de pénalité ! Mais on ne lui en tiendra pas rigueur, car il faut bien reconnaître que si les deux formations ont beaucoup tenté, elles ont également l'une comme l'autre, beaucoup gâché, tantôt par excès de précipitation, tantôt par mauvais choix ou également, parfois, par simple maladresse.

Pas de doute, l'enjeu a tué le jeu que, pourtant, les deux équipes étaient prêtes à offrir au public. Toutefois, en inscrivant un point précieux, Lombez est assuré de ne pas finir dernier de la poule, puisque les deux derniers : Agde et Mauléon s'affronteront lors de l'ultime levée, et comme la 9e place pourrait valoir une belle surprise sous forme d'un repêchage en raison des nombreux clubs en difficultés financières dans la division toute entière…

Eric Daubriac (coprésident du LSC) : «Je tiens à féliciter l'équipe pour son gros match, notamment devant mais également défensivement. Il est dommage que l'on n'ait pas su convertir nos occasions, mais le contenu était intéressant et nous marquons encore un point. Du reste, c'est également le cas avec la nationale B (battue 6-5). Je reste donc optimiste pour nos deux équipes pour la suite de la saison. Pour en revenir à l'équipe 1, je tiens à rappeler que sur le bloc de trois matches dont nous sortons face à Bagnères, à Agde et à Mauléon, nous avons inscrit 7 points, alors que beaucoup nous pronostiquaient bien moins que ça».

Mauléon 9 - lombez-samatan 7

MT : 6-7. 700 spectateurs. Arbitre : Loïc Frayssinet (Côte d'Argent).

Pour Mauléon : 3 P Ascery (4e, 65e), Claverie (21e).

Pour Lombez Samatan : 1 E de pénalisation (14e), 1 T Bensalla.

Mauléon : Ascery; Garicoix, Barbéraréna, Guiresse, Guérin (o) Claverie (m) Loustaunau (Coupau 73e); A. Heguiaphal (cap)(Sallaberemborde 56e), Orabé (Cazobon 78e), Montois; Dunate, Dartigue ; Aboïtiz (Bellocq 74e), Bellocq (Chabannes 65e), Goyheneche.

Carton blanc : Bellocq (12e).Carton jaune : Dartigue (10e.

Lombez Samatan : Cot ; Cans (Bouquet 65e), L. Suderie, R. Roumiguie, Pedussaud (o) Bensalla (Baron 60e) (m) Revel (Segarra 44e); Quezel, Labedan, R. Peres ; Dachary (Garcia 56e), Urbaitis Ciliberto (Barrau 75e); Punch (Pons 50e), Moulis (cap)(Argerich 75e), B. Janicot (Salvat 50e).

Cartons jaunes : Peres (18e), Urbaitis Ciliberto (25e)

 

Le LSC n'est pas sauvé

Rugby XV - Amateurs

Les Savistes ont rendez-vous, dimanche, à Agde./Photo DDM, S. L.

Après le match de dimanche face à Bagnères-de-Bigorre, on peut réellement se demander pourquoi le LSC est en danger en cette fin de saison ? En effet, on avait vu une très belle équipe face à Rodez, mieux encore face à Oloron, malgré les bévues qui ont coûté la victoire, et dimanche après-midi, dans des conditions parfois difficiles, dont la pluie en seconde période, on a assisté à un énorme match du LSC qui semble avoir passé une étape au niveau de son jeu. Ce qui est remarquable, c'est que l'effectif de la Fédérale 1 tourne mais le niveau reste, preuve s'il en était besoin de la richesse de l'effectif lombézien. Et s'il en faut une autre, un petit regard sur le résultat de la NB, qui a gagné 28 à 10, suffit à confirmer cette situation.

Pour cette rencontre comme pour les autres, on ne peut que tresser des louanges à une vaillance toujours digne d'éloge, qui est donc définitivement une marque de fabrique du LSC. Et on peut y ajouter la maturité.

On savait que les lignes arrière étaient futées et rapides, on l'a vu avec deux essais et une grande variété de jeu qui a donné à cette partie un beau panache. Ensuite, le pack. Là on ne l'attendait pas du tout, et même lorsque la pluie a commencé à tomber, personne ne croyait vraiment que le «huit» de devant allait tenir et pourtant. Dominateur en touche, incroyable dans les mauls portés où Bagnères a fait de nombreuses marches arrière de 10, 20 mètres, dynamique sur toutes les phases de récupération, quasi irréprochable en défense, en ne commettant que très peu de faute, il a enterré très profond les pronostics d'avant-match qui le voyait se faire laminer comme au match aller par les Bigourdans. Seul écueil, la mêlée ordonnée, un secteur où Bagnères a pris le dessus. Vraie supériorité ou expérience et roublardise, seul un connaisseur peut savoir ce qui s'est passé ce dimanche ? Et c'est là que Bagnères-de-Bigorre a pu se maintenir à flot, car, c'est toujours à partir de ce secteur de jeu que le SB a inscrit ses points.

Encore une fois, le LSC a montré qu'il a, désormais largement, le niveau en Fédérale 1. Reste maintenant à aller chercher des points, dimanche, chez le principal rival au maintien, Agde, qui fait forte impression en cette fin de saison. Ces mêmes Agathois qui ont un calendrier plus favorable que le LSC. Les deux points d'avance des Savistes au classement ne sont pas suffisants pour garder cette place de non relégable de façon sûre. Quant à l'aide (involontaire) de club en délicate position au niveau financier, si tel est le cas, elle bénéficiera à Graulhet (en poule 1) mais pas au LSC. Donc, une seule solution pour les hommes de Christophe Lafforgue, aller chercher des points là où on ne les attend pas forcément. Ils l'ont fait ce dimanche, ils devront le refaire à plusieurs reprises.

Lombez-Samatan avec la manière

Fédérale 1 - Lombez-Samatan - Bagnères-de-Bigorre. 28 - 17

Les Savistes n'ont pas fait tomber n'importe quelle équipe./ Photos DDM, Sébastien Lapeyrère

Assurément le public lombézien n'en demandait pas tant ce dimanche, pour lui, il fallait simplement battre Bagnères la seule équipe à avoir vaincu les deux poids lourds de la poule. Les joueurs en ont voulu plus, ils y ont mis la manière.

Il n'a fallu que 5 minutes au LSC pour ouvrir le score via Baron et une pénalité pour faute au sol. 7 minutes plus tard une belle passe au pied du même Baron que Quézel, concluait victorieusement un beau mouvement de jeu qui avait débuté par une touche impeccablement prise par les savistes. Des locaux qui ont régné sur ce secteur de jeu, qui ont bousculé leurs vis à vis là où on ne les attendait pas, c'est-à-dire devant. Ceci au grand plaisir des supporters gersois qui ont vu les Noir et Blanc faire de nombreuses reculades sur les ballons très proprement portés. Appliqués les saviste n'ont connu des problèmes qu'en mêlée ordonnée ou la première ligne adverse a pris le dessus, roublardise expérience réelle carence des locaux, toujours est-il que c'est sur ce point fort que les Pyrénéens ont essayé de forcer leur destin. Ils sont parvenus deux fois à leur fins, la première sur une mêlée à 20 mètres de la ligne saviste, Dasque a pris l'intervalle et s'est imposé. 8 à 7. Rine de trop grave, suaf que 8 minutes plus tard, toujours sur mêlée ordonnée, une sortie en catastrophe pour Revel, qui donne à baron pour le dégagement a l'intérieur de son camp, Bats, l'ouverture du SB contre et suit le ballon pour marquer l'essai. 8 à 14 à la 27e.

L'optimisme avait changé de camp. Cependant on a vu une formation gasconne pleine de maturité, sans s'affoler, en prenant les points qu'il y avait à prendre, le LSC a continué à jouer à résister parfois. Une nouvelle pénalité de Baron, puis à la 32e après une première occasion d'essai menée par Péres et le pack, le ballon est écarté et Labédan adresse une passe au pied à Cans, c'est le deuxième essai et le LSC repasse en tête 18 à 14 juste avant la mi-temps.

En seconde période il a fallu attendre un quart d'heure pour voir le score évoluer. Un hors-jeu sur leur 45 mètres et les saviste encaissaient la seule pénalité. C'était à la 58e. 18 à 17. Quatre minute plus tard, tout est rentré dans l'ordre avec une pénalité de Bensalla, rentré en cours de jeu. La clôture du score est revenue au justement au capitaine Bruno Cot ne touche sur les 40 mètres, une sortie chahutée, une fixation puis une autre, Cans sème la panique dans la défense bigourdane et Cot prend l'intervalle, limpide et magnifique. 28 à 17, il restait un petit quart d'heure à jouer. Bagnère a tenté d'aller chercher le point du bonus défensif, en pure perte, une défense de fer l'attendait. Une victoire logique qui fait d'autant plus regretter l'échec face à Oloron.


lombez-samatan 28 bagnères-de-bigorre 17

MT : 18-14. Arbitre : Mr Le Gall ( Côte Basque Landes).

Pour Lombez Samatan : 3 P. Baron (5, 29) Bensalla (62) 3 E Quézel(12), Cans(32), Cot (67) 2 T Baron (32) Bensalla (67)

Pour Bagnères-de-Bigorre : 2 E Dasque (19) Bats (27) 2T Dasque (19, 27) 1 P Dasque (58)

Lombez-Samatan : Cot (cap), Cans, L.Sudérie R.Roumiguié, A.Roumiguié, (O) Baron, (9) Revel, Labedan, Quezel, Peres, Dachary, Urbaitis, Pons Arguerich, Janicot. Entrés en cours de jeu : Sahli, Moulis, Garcia, Barrau, Bensalla, Bouquet Pedussaud, Punch.

Bagnères-de-Bigorre : Dasque, Ibos, Dubarry, de La Fuente, Dumestre, (O) Bats, (9) Dupuy, Cazorla, Gumez, Viau, Miro, Begue, Saayman, Dupuy, Simon (cap), entrés en cours de jeu Greyling, Brua, Degrave, Loustalet, Pebay, Lejeune, Jourdan Szabo.

Réserves : LSC 28 - SB : 10.


Ils ont dit.

«Presque un aboutissement»

Patrick Bentayou entraîneur de Bagnères-de-Bigorre : «On aurait aimé dédier un éventuel bon résultat à Marc Dantin qui est souffrant mais nous sommes tombés sur une équipe du LSC vaillante, propre en conquête, et de plus nous n'avons pas su mettre à profit notre supériorité en mêlées ordonnées. Nous avons déjoué et les meilleurs du jour ont gagné. Il faut nous remobiliser et assurer notre place en phases qualificatives à commencer face à Mauléon.

Christophe Lafforgue entraîneur de Lombez-Samatan : «Je suis satisfait comptablement de cette victoire que l'on prépare depuis longtemps suite à la déconvenue de Blagnac. Les garçons sont allés chercher des ressources que je ne leur connaissais même pas. Beaucoup de clubs à notre place auraient abdiqué, pas nous. Nous irons jusqu'au bout parce que nous sommes heureux d'être là et j'ai très envie d'y laisser le club.»

Jérôme Balaguer co entraîneurde Lombez-Samatan : «Là on est super-content, on savait qu'on était condamnés à la victoire, face à une adversaire loin d'être facile. On a sorti le match parfait même si parfois ça a été compliqué. On s'en est sorti sur nos temps forts. On a subi en mêlée; mais pour le reste, devant, en défense, on a été très bien, et on a fait de beaux ballons portés sur plus de 20 mètres. On a franchi un cap. Il reste encore trois matches, il va nous falloir jouer tous les week-end comme ça.»

Eric Daubriac co président de Lombez-Samatan : «C'est le presque l'aboutissement de la saison, on a réussi à battre Bagnères de Bigorre qui, coup sur coup a réussi à battre Auch et Nevers. Les avants ont été fantastiques, la défense héroïque. N'oublions pas la Nationale B qui a engrangé une nouvelle victoire et se rapproche de la qualification.»

Recueilli par E.D

La nationale B du LSC veut aller jusqu'au bout

Rugby XV - Amateurs

Laurent Delassus et Alexandre Breuils, les entraîneurs./Photo DDM.

Réaliser une saison en fédérale 1 était totalement envisageable pour les dirigeants, pour les joueurs, tout le monde était assez optimiste quant à la bonne tenue de l'équipe du LSC, ne serait-ce que par rapport à sa réputation de combativité. Quant à la nationale B, à l'intersaison, celle-ci avait perdu quelques éléments. C'est donc chez les jeunes et en particulier les juniors Belascain, auteurs d'une belle saison, que les dirigeants se sont appuyés, mais aussi sur des entraîneurs connus et appréciés de tous, que ce soit Laurent Delassus ou Alexandre Breuils. Est venu le premier test contre Castanet et la première victoire ; puis, la saison s'est enchaînée avec plus de hauts que de bas. Cela a amené la nationale B du LSC sur le podium, avec de bons espoirs de qualification. Pour Alexandre Breuils, «la situation de la NB du LSC est excitante. Plus clairement aujourd'hui, nous sommes troisièmes mais pas encore qualifiés. Nous sommes quatre pour deux places : Castanet, Mauléon, Bagnères et LSC. Nous allons avoir la chance de jouer deux concurrents directs durant les prochaines journées. Aujourd'hui, grâce au travail des garçons et leur pugnacité, ainsi que la qualité de notre jeu, clairement, nous pouvons jouer une qualif, celle-là même improbable au mois d'août. Maintenant, place aux actes. Nous aurons de grosses difficultés d'effectif contre Bagnères dimanche. Mais ce sera à la maison, à la vie à la mort. Tous les matches sont beaux et, dans cette fin de saison, nous sommes dans le dur, à l'image de l'équipe I qui va jouer sa survie à ce niveau dimanche (…). Le groupe est énorme de richesse, l'amalgame s'est fait entre jeunes, anciens, nouveaux et les joueurs de la I qui viennent en NB jouent le jeu à chaque fois. C'est une belle expérience et on aurait tort de ne pas la vivre tous ensemble, d'aller jusqu'au bout».


En savoir plus sur http://www.ladepeche.fr/article/2016/03/18/2306595-lombez-samatan-rugby-nationale-b-lsc-veut-aller-jusqu-bout.html#WzU3zoCdiiUlFGx7.99

Vers un changement d'entraîneur au LSC

Fédérale 1 - Rugby

image: http://static.ladepeche.fr/content/media/image/zoom/2016/03/10/201603102178-full.jpg

Olivier Argentin sera l'entraîneur du LSC la saison prochaine./ Photo DDM, Nedir Debbiche

Le mercato des entraîneurs a déjà commencé en rugby fédéral en vue de la saison 2016-2017. À Lombez-Samatan, Christophe Lafforgue annonce qu'il n'entraînera plus le groupe senior l'an prochain. «Une décision mûrement réfléchie», a-t-il confié à notre correspondant Éric Davezac dans une interview à lire demain dans La Dépêche. Christophe Lafforgue restera au club pour s'occuper du pôle jeunes. Les dirigeants du LSC ne sont pas allés très loin pour lui trouver un successeur : Olivier Argentin, l'actuel entraîneur de Saint-Sulpice-sur-Lèze, a donné son accord pour prendre les rênes de l'équipe fanion dès le mois de juin, a annoncé hier soir le co-président René Daubriac.

LSC-Oloron : dommage !

Rugby XV - Amateurs

Des regrets pour le LSC/Photo DDM, E. D.

Dommage, c'est le moins que l'on puisse dire après la défaite du LSC à domicile face à Oloron. En effet, logiquement, les Savistes étaient en mesure de faire le plein de points ou du moins d'obtenir un résultat honorable face à un prétendant à la qualification. Ce renvoi aux 22 désastreux dans les dernières secondes et l'essai de raccroc qui s'est ensuivi en a privé le LSC. Il lui reste le point du bonus défensif, mais le point perdu risque fort de lui faire défaut en fin de saison. Il reste deux matches à domicile. Si contre Bagnères-de-Bigorre, les Savistes peuvent espérer grappiller quelques points, en revanche, face à Nevers, ce sera une tout autre mission. Il faudra donc aller chercher des points à l'extérieur et même chez les autres mal classés. Les individualités, aussi brillantes soient-elles, doivent se mettre au service du collectif et de la légitime ambition du LSC qui est le maintien. A cette condition, tout sera possible, l'histoire du rugby est jalonnée de joueurs qui ont voulu sauver leur patrie sportive, très peu ont réussi, et le LSC n'est pas une exception.

La LSC laisse échapper sa victoire

Fédérale 1

Cruelle fin de match pour les joueurs du LSC./ Photos DDM, Sébastien Lapeyrère

On a largement entamé les arrêts de jeu de ce match, les deux équipes sont à égalité 16 partout. Le LSC vient de faire une séquence de défense assez extraordinaire sur un énième contre Oloronais de cette fin de partie complètement folle. Les Savistes mettent à mal les dernières cartouches d'un pack béarnais émoussé par un intense combat de 80 minutes. Pour le FCO Lilian Claverie, à l'issue d'un ultime coup de boutoir de son pack, hérite du ballon qu'il tente de transformer en drop synonyme de victoire. C'est raté. Dans les deux camps on commence à se faire à ce résultat, on baisse la garde. On est dans la 84e minute c'est le moment que choisi le botteur lombéziens pour envoyer le ballon plein fer dans le camp visiteur, au lieu de taper en touche pour tranquillement finir sur un match nul pragmatique, un peu comme ce qui se fait de mieux à plus haut niveau.

Un cadeau inespéré pour les arrières béarnais qui, après avoir piaffé une heure durant, tout comme leurs homologues gersois, s'en donnent à cœur joie dans cette fin de match. Ils relancent perce la défense gersoise en pleine confusion et Claverie inscrit l'essai de la victoire transformé par Massip. C'est la stupeur dans le camp du LSC qui croyait dur comme fer et à juste titre à un match qui n'aurait rien dû au hasard. Un épilogue assez heureux tout de même pour une formation Oloronaise qui a tout de même tardé à forcer le destin de sa victoire. La faute à des savistes qui ont su élever le niveau de leur jeu à celui de leurs adversaires les dépassant parfois. En effet, dans ce match d'homme

Les hommes de Christophe Lafforgue ont été dignes d'éloge. A commencer par le pack qui passé le premier quart d'heure et l'ouverture du score par les visiteurs, a redresser la barre. Après avoir montré une défense de fer, le LSC a embrayé, pour s'installer durablement dans le camp béarnais. C'est surtout le pack qui s'est montré sous un très bon jour bousculant son vis à vis, pourtant bien réputé jusque dans les mêlées fermées, ou il a fait grosse impression. Provoquant les fautes chez leurs adversaires les Gersois ont pu engranger une pénalité revenant à 3 à 6 sur une faute au sol. Puis 3 à 9 suite à une nouvelle pénalité du botteur visiteur Massip. Le LSC n'a rien lâché a juste raison, après une séance de pilonnage du pack, Bensalla hérite du ballon, voit Cans lancé lui adresse un coup de pied à suivre et c'est l'essais comme à la parade. Le LSC prend l'avantage 10 à 9 puis 13 à 9 dans les arrêts de jeu suite à une nouvelle pénalité.

Le second acte a vu les deux équipes continuer leur combat, donnant une superbe partie, et avec, toujours les pack en exergue. Réduit à 14 suite au jaune d'Urbaïtis, le LSC sur une touche à proximité de sa ligne a encaissé un essai en force du FCO. 13 à 16, tout était à refaire. A la 62e sur un mauvais placage, Bensalla remettait son équipe à hauteur 16 partout. Ensuite le LSC a continué à envoyer du jeu, négligeant les pénalités qui lui étaient accordées, Oloron s'illustrant sur de long contres. La rencontre a fini par basculer du côté où elle n'était pas forcément attendue.


Lombez-samatan 16 Oloron 23

MT : 13 - 9. Arbitres MM : Chastrusse , asisté de MM Dos Santos et Ferran (Côte d'Argent)

Pour Lombez Samatan : 1 E. Cans (28) 1 T, 3 P(12, 40+2, 62) Bensala

Pour Oloron : 2 E Amans (50) , Claverie (84) 2 T, 3 P (6, 10, 18) Massip.

Lombez Samatan : Cot Cans, L.Sudérie, Bouquet, A.Roumiguié, 10 Baron, 9 Bensalla, Labedan, Sicard, Péres, Dachary, Urbaïtis Punch, Moulis (cap) Janicot. Sont entrés en cours de jeu Salvat, Tourou, Lavigne , Oro, Sagarra, Roumiguié, Pedussaut, Pons

Oloron : Massip, Fourtine, Chantereau, Dies, Etchegoyen, 10 Picabea, 9 Bugat, Chabat, Quintana, Lacave, Mazières, Verge, Lacave, Tomuli, apans, Jambaque. Sont entrés en cours de jeu, Berhabe Porte-Laborde, Sesmaa, Tauzin, Paillot, Pailhassar, Claverie, Cazalet

Nationale B : LSC 29, FCO :21


«Un match de haut niveau»

Christophe Lafforgue entraîneur du LSC : «J'étais inquiet pour ce dimanche face à cette équipe homogène et dangereuse. Ils ont montré que j'avais raison avec en plus un jeu assez complet. On a assisté à un match de haut niveau de fédérale une. Nous y avons laissé beaucoup d'énergie mais aussi de la lucidité et de la maîtrise, illustrés par des choix effectués par des joueurs sur le terrain à certains moments. En tout les cas je suis fier des garçons qui ont respecté les consignes à la lettre. Dommage que nous n'ayons pas pu concrétiser sur nos temps forts car on pouvait ambitionner la victoire. Il nous reste une semaine de travail pour grappiller quelque chose à Blagnac samedi. Et ce résultat ne change rien à notre philosophie : «Ne rien lâcher.»

Éric Daubriac coprésident du LSC : «D'abord je suis très content du résultat de la Nationale B, qui est l'avenir du club et a su, elle, inverser le cours du match à la fin. Malheureusement cela n'a pas été le cas de la une. On avait le match en main, en résistant. Finalement on manque d'expérience au niveau de la gestion, et on n'arrive pas à arracher un nul mérité dommage.»

Laurent Dossat entraîneur du FCO : «La victoire est belle parce qu'aujourd'hui on a vraiment eu un très bon match de rugby. Cela a vraiment été un grand plaisir. Après, l'issue est cruelle pour Lombez Samatan, le nul aurait reflété les 80 minutes du match. Je suis très heureux pour la victoire de mon équipe, mes joueurs se remettent en cause chaque dimanche ils ont une force mentale qui m'épate. Avec Paul, nous sommes fiers des ressources qu'ils trouvent à chaque match. J'avais dit que tout le monde respecte Lombez Samatan dans le monde de l'ovalie, ce soir on peut encore plus les respecter. Ils ont énormément d'argument pour le maintien, je le souhaite à Christophe et à son équipe.

La B hausse le niveau

Rugby XV - Amateurs

La B hausse le niveau

Pour la nationale B du LSC, qui recevait Oloron dimanche, la victoire, 29 à 21, a été bien plus difficile à acquérir que ne le laissait augurer le classement des Béarnais. Cette équipe, bien plus belle que promis, a donné beaucoup de fil à retordre à des Savistes surpris. Le LSC s'est compliqué les choses en première période avec des consignes «oubliées» en première mi-temps au niveau de la défense. Oloron en a profité pour prendre le score. Heureusement juste avant la mi-temps, les Savistes ont su garder leur moral et réduire un score qui était vraiment trop important grâce à un essai collectif qui faisait suite à celui de Fayçal Salhi. En seconde période, la mise au point dans les vestiaires a eu pour conséquence de voir un LSC revenir dans ses bonnes habitudes et reprendre le dessus et parvenir enfin à enrayer les contres assassins des Béarnais. Une fois de plus, l'abnégation des garçons a payé, à l'image de joueurs comme Barreau, Salies, Garcia et Quézel pour ne citer qu'eux. Au classement, la nationale B du LSC est toujours à la lutte avec Mauléon et Bagnères pour une place de qualifiable.

Lafforgue : «Février, le moment de vérité pour le LSC»

Fédérale 1

Les Savistes de l'entraîneur Christophe Lafforgue recevront Oloron le 21 février./Photo DDM, Nedir Debbiche.

Le mois de janvier s'achève avec un bilan tout de même mitigé pour le LSC qui n'a pas réussi à se mettre à l'abri de ses poursuivants immédiats en lutte comme lui pour le maintien, et ce, malgré de bonnes prestations comme dimanche dernier au FCAG (34-10). Christophe Lafforgue, l'entraîneur saviste, en témoigne : «Dimanche dernier, tout le monde avait l'air content, c'est bien, mais on pouvait espérer une issue comptablement meilleure car, à la mi-temps, on en était à un score de parité. Tout s'en va vers l'heure de jeu, où on lâche un peu et c'est dommage que nous n'ayons pas été capables d'aller chercher ce point du bonus défensif qui était dans nos cordes. Pour le reste, ce mois de janvier, nous le finissons avec 4 points sur 15 possibles, c'est un peu décevant, car, de façon réaliste, on pouvait en espérer tout de même 6, voire 7. Ça, c'est le point négatif, en ce qui concerne le positif, ce sont les prestations que nous avons fournies. A Castanet où nous avons fait un match sérieux. Face à un Rodez en pleine ascension comme ils l'ont prouvé le dimanche suivant en battant largement Castanet, nous avons gagné. Et à Auch nous avons fourni 60 bonnes minutes. Nous sommes toujours en progression au niveau du jeu des joueurs aussi. D'ailleurs, nous n'allons pas couper sur la dynamique car le mois de février va s'avérer capital pour notre objectif qu'est le maintien. Ce sera le moment de vérité car nous allons voir si nous avons les moyens de nos ambitions. Tout d'abord, nous allons recevoir Oloron (le 21 février), ensuite ce sera Blagnac, nous n'avons pas de question à nous poser, à cette heure toutes les équipes sont des épouvantails pour nous. L'impératif est de battre Oloron. Après, il y aura Blagnac où il faut faire aussi le maximum.

On est bien servi en ce moment par un effectif qui est à 100 %, ce qui met de l'émulation . Il y a davantage de concentration, de sérieux dans les entraînements. Cela d'autant plus que 6 à 7 joueurs se sont mis au niveau de la Fédérale 1. D'un côté c'est une bonne nouvelle puisque ça nous permet de grossir l'effectif, mais de l'autre, surtout pour moi, entraîneur, ça me pose de gros soucis pour constituer les équipes.

Pour le reste de la saison, je ne suis pas optimiste, je ne le suis jamais, je préfère la détermination. On a plus à être spectateurs désormais, peu importe l'équipe que l'on va affronter, on sait que ce sera dur, on doit être capables de progresser si on veut gagner en efficacité et le demeurer 80 minutes durant.

Pour l'avenir à moyen terme, il y a une réflexion commune à mener à l'intérieur du club, pour essayer de pérenniser le LSC en Fédérale 1, mais, ensuite, nous devons en engager une sur la formation des jeunes qui, dans certaines catégories, sont en difficulté cette année.»

Auch : mise aux points compliquée…

 

Fédérale 1

Il fallait remonter au 2 novembre 1997 pour trouver trace d'une réception officielle de Lombez-Samatan par Auch, et une victoire 29 à 18 du club de la préfecture… en Coupe de France !

De l'eau a eu beau avoir coulé, depuis, le long des rives du Gers et de la Save, les ingrédients du derby étaient réunis, hier après-midi, avec une météo idoine, propre à enfermer l'air du large dans une cocotte-minute.

Le candidat à la montée, défait la semaine précédent à Bagnères-de-Bigorre (13-18) avait promis de prendre une revanche sur lui-même, tandis que le promu saviste, vainqueur de Rodez (18-14) n'avait pas grand-chose à perdre, si ce n'est l'honneur. Et ça, ce n'est pas du genre de la maison.

Pour preuve, en s'appuyant sur une belle mêlée, les visiteurs ont fait mieux que se défendre en première période, atteignant la pause sur un score de parité (10-10). Mais il était dit que la débauche d'énergie allait se payer dans le deuxième acte. Car même si le FCAG n'a pas pu faire courir ses adversaires comme il le voulait, sur une pelouse transformée en champ de Bintje, la dimension physique des professionnels a réussi à faire la différence, même si les partenaires de Frédéric Medvès ont dû attendre la toute dernière minute pour obtenir le précieux point du bonus offensif.


AUCH 34 LOMBEZ-SAMATAN 10

MT : 10-10; 4.250 spectateurs; arbitre : M.Rouquie (Midi-Pyrénées)

Vainqueurs : 4 E Hollet (33) Gaignard (55) Kaikatsishvili (59) Touton (80) 2 P Lagardère (23, 47) 4 T Lagardère (34, 56, 60, 80)

Vaincus : 1 E Dachary (19) 1 P Bensalla (37) 1 T Bensalla (20)

Evolution du score : 0-7, 3-7, 10-7, 10-10, 10-10 MT 13-10, 20-10, 27-10, 34-10

AUCH : Ford ; Kalo, Sourouille (André 55), Thierry (Griffoul 65), Gaignard (o) Lagardère (m) Ferrary (Salobert 62) ; Naidakawa, Dastugue (Touton 70), Medves (cap) ; Moore (Monto 55), Lacroix ; Moretto (Rocca 40), Hollet (Esteriola 40), Abadie (Kaikatishvili 40)

Carton Blanc : Ferrary (18)

LOMBEZ SAMATAN : Cot ; A.Roumiguie, L.Suderie (Gassiot Bitalis 61), Bouquet (R.Roumiguie 61), Pedussaud (Cans 61) (o) Bensalla (m) Revel ; Sicard, Labedan, R.Pérès ; Dachary (Garcia 49), Lavigne (Urbaitis Ciliberto 44) ; Pons (Punch 44), Moulis (cap), B.Janicot (Sahli 61)

Cartons blancs : Moulis (50) Labedan (73)

Lafforgue : «C'est une récompense de jouer à Auch»

Fédérale 1

Christophe Lafforgue (à gauche) en compagnie de Jérôme Balaguer./Photo DDM, Sébastien Lapeyrère.
Christophe Lafforgue (à gauche) en compagnie de Jérôme Balaguer./Photo DDM, Sébastien Lapeyrère.

Décidément, l'histoire, même récente, a l'habitude de se répéter. En effet, le LSC est allé jouer à Nevers, après que Bagnères-de-Bigorre ait infligé sa première défaite au leader. C'était dans les Pyrénées. Rebelote cette fois-ci, puisque le LSC ira jouer à Auch, dimanche, après que le FCAG ait subi la loi des Pyrénéens chez eux. Dans le premier cas, même en pleine opération de rachat des joueurs de l'USON, les Savistes avaient pris un peu moins cher que Mauléon et surtout qu'Agde qui a largement sombré à Nevers. Alors, côté LSC, on essaiera de faire en sorte que ce derby ne serve pas d'exutoire à des Auscitains en mal de réhabilitation.

Christophe Lafforgue, l'entraîneur du LSC, le confirme : «Sur le bloc que l'on joue en janvier, la victoire face à Rodez était capitale. L'opération comptable est bonne, du coup ça nous permet d'aller assez libérés à Auch pour jouer au rugby du mieux possible sans forcément avoir un gros impératif de points. Après, j'ai lu que Roland Pujo a dit dans «La Dépêche» que ce match devait être une revanche pour le FCAG. Cependant, même si nous sommes largement inférieurs, nous n'irons pas dans la préfecture pour passer pour des souffre-douleur. On prend comme une récompense le fait d'aller jouer à Auch, et cela motivera notre engagement, notre envie. Après, nous sommes sur une bonne dynamique de travail, on a envie de finir ce bloc vraiment correctement surtout que je récupère 100 % de l'effectif dimanche. Alors, bien sûr, Auch est une équipe très complète, très forte en conquête historiquement, son projet de jeu le veut ainsi. On s'attend donc à un très grand match en conquête, d'autant plus que le FCAG a des joueurs d'expérience qui ont la capacité de renverser la situation, comme Frédéric Medvès, avec qui j'ai joué, ou Anthony Lagardère, et bien d'autres. Par rapport au match aller déjà, nous n'étions pas au niveau de la Fédérale 1. Nous avons fait le match aller sur l'envie, l'énergie, nous avons été très brouillons. Depuis, nous avons progressé, Auch aussi, bien sûr, mais notre marge était beaucoup plus grande. Je crois que nous pourrons faire un meilleur match qu'à l'aller. Après, le FCAG c'est 45 points de moyenne à domicile, donc, on va essayer de ne pas faire grimper la moyenne.

Trois jours avant le derby, les supporters font monter la pression

Fédérale 1 - Rugby

En septembre, sur le terrain du LSC, un public nombreux s'était déjà déplacé sous le soleil./Photo DDM archives ND
En septembre, sur le terrain du LSC, un public nombreux s'était déjà déplacé sous le soleil./Photo DDM archives ND

Dimanche, le FC Auch Gers reçoit Lombez-Samatan pour un derby qui promet de l'ambiance. Les supporters auscitains espèrent un rebond…

Les supporters du FCAG, pas encore totalement dans le match de ce week-end contre Lombez-Samatan, sont encore secoués par la défaite de dimanche à Bagnères de Bigorre (18-13). «C'est vrai qu'on n'arrive pas trop à se projeter… et ça fait trois matchs que, dans le jeu, le FCAG est juste passable», tranchent Alain et Maité Pellegigue, tous les deux supporters depuis de très longues années. «Je ne veux pas les accabler, mais c'est vrai qu'on a perdu trop de ballons à Bagnères», ajoute Claudine Valade, la vice-présidente du club des supporters Un pour Tous. Mais je pense que leur orgueil en a pris un coup, et que dimanche, pour le derby, ils vont vouloir montrer de quoi ils sont capables.»

«En réalité, je pense que Lombez-Samatan arrive au plus mauvais moment, enchérit Pascal Dulac, habitué des travées du stade Jacques-Fouroux. Ils vont vouloir montrer aux autres adversaires que la désillusion à Bagnères n'était qu'un accident, et puis Nevers, en mettant 90 pions à ses adversaires, met aussi la pression au FCAG. Et avec la secouille que les joueurs ont dû recevoir, je pense qu'ils vont gagner, et largement.» Alors, tous espèrent les 5 points, même si Alain Pellefigue pense que «ce sera serré. Le LSC ne laissera pas filer ce derby.»Pascal Dulac ajoute d'ailleurs : «Je respecte les deux équipes. Mais j'espère qu'Auch va gagner avec le bonus… et qu'à la fin de la saison le LSC se sauvera.»

Alors, qu'est-ce qui fera la différence dans ce match ? «L'envie, sans aucun doute, répond Mme Valade. Et puis, physiquement, je pense que les joueurs du FCAG sont en forme». «Lavaillance, c'est ça qui va compter et puis les joueurs ne doivent pas s'esseuler, il faudra toujours penser au soutien», conseille M.Pellefigue. Surtout, souligne la vice-présidente d'Un pour Tous : «A Auch, les gens sont plus spectateurs que supporters. Dimanche, ils devront donner de la voix.» Elle ajoute : «On a déjà commencé à se brancher sur le match avec une supportrice du LSC. Entre femmes, c'est parfois terrible…»


Un repas dès midi

Cette journée de fête, dimanche, commencera dès midi au Mouzon avec le repas gascon (salade gasconne, sauté de dinde, apéritif et vin compris, 15 €; réservation avant demain soir au 05 62 05 06 95). Les équipes réserves rentreront sur le terrain à 14h, les équipes fanions à 15 h 30, dans le cadre de la 12e journée de championnat de Fédérale 1. À noter que les deux écoles de rugby participeront aux haies d'honneur pour encourager les joueurs des quatre équipes, unes et réserves. Après le match, les supporters pourront aussi se retrouver à la bodega du FCAG…

Jean-Pierre Cot : «Le fruit d'un long travail du LSC»

Lombez Samatan Club

Quel premier bilan de ces retrouvailles en Fédérale 1 dressez-vous pour Lombez-Samatan ?

Jean-Pierre Cot (maire de Lombez) «Le bilan est très clair, cette accession en Fédérale 1 ne présente que des avantages sur le plan local et territorial en termes de notoriété pour nos communes et notre territoire de Savès. Cette qualification n'a été que le fruit d'un long travail collectif en amont des joueurs, entraîneurs, dirigeants. Cela était attendu depuis quelques années... d'autant que nous avions déjà vécu des périodes mémorables par le passé comme la montée en groupe A2 en 1996-1997.»

Qu'est-ce qui a changé l'implication de votre commune dans le club ?

«Notre commune depuis des décennies a toujours été un vrai partenaire du Lombez-Samatan-Club. Elle a toujours été à ses côtés à tous moments présente tant sur le plan financier que matériel. La vie sportive sur notre territoire est très engagée et diversifiée par sa multitude d'associations, aujourd'hui, bien entendu, nous souhaitons continuer à soutenir toutes ces activités sportives et notamment le rugby qui en terme de retombées économiques présente un véritable enjeu.»

L'avenir du LSC en Fédérale 1 ?

«Dès notre accession à cette première division lors du derby qui nous opposait à L'Isle-Jourdain, nous savions qu'un vrai défi nous attendait pour cette saison. Les dernières victoires nous donnent l'espoir que notre club, grâce à sa vaillance et sa combativité, pourrait nous offrir de belles surprises durant la saison. J'adresse tous mes encouragements aux joueurs et entraîneurs et je sais que nous pouvons compter sur eux.»

Pour vous le rugby est une histoire de famille ?

«Oui, en quelque sorte ! Je suis né ici dans ce terroir fidèle à cette culture rugbystique qui nous anime tous et à laquelle je suis très attaché et voue une admiration particulière. Un club que je fréquente de longue date et ce depuis mon enfance d'autant que mon frère Stéphane a été un joueur investi dans les années passées. Actuellement, le nom «Cot» n'est pas tombé dans l'oubli au sein du rugby du Savès.»


En savoir plus sur http://www.ladepeche.fr/article/2016/01/16/2256740-jean-pierre-cot-fruit-long-travail-lsc.html#1YTaSKeU3GCDdIke.99

Lafforgue : «Ne pas se tromper d'objectif»

Fédérale 1

Christophe Lafforgue, entraîneur du Lombez-Samatan-Club . / Photo DDM, Nedir Debbiche.
Christophe Lafforgue, entraîneur du Lombez-Samatan-Club . / Photo DDM, Nedir Debbiche.

Que peut-on retenir de cette phase aller pour le LSC ?

Christophe Lafforgue (entraîneur du Lombez-Samatan-Club) : «Cette première partie nous a fait passer par tous les états. Le premier, celui de la crainte de ne pas être au niveau minimum requis pour espérer figurer dans cette poule où nous sommes le seul promu de Fédérale 2 avec deux prétendants à la Pro D2 (Auch et Nevers) et trois clubs très régulièrement qualifiés dans les quatre premiers (Bagnères, Castanet et Oloron), équipe contre qui nous n'avons pas pris un seul point… puis un sentiment d'espoir avec notre première victoire contre Blagnac, précédant celle d'Agde et de Mauléon, cette dernière étant la plus aboutie de la phase aller. On finit avec nos armes à Nevers face à un fossé structurel que le rugby français ne devrait plus vivre les prochaines saisons, même si je vous avoue que c'était incroyable de voir le LSC dans ce genre d'univers.»

Satisfait alors ?

«Comptablement, c'est mitigé, nous avons laissé passer des points importants comme des bonus et une victoire à notre portée sur cette phase aller qui pourront manquer et qu'il faudra donc rattraper d'ici le 24 avril. La satisfaction vient du niveau de jeu qui a évolué entre le 20 juillet (reprise) et la fin de la phase aller. Sans se démobiliser, joueurs et entraîneurs ont toujours travaillé pour aller chercher le meilleur d'eux-mêmes, cela nous a permis de voir un ou deux matches corrects. Le supplément d'âme ne suffit pas, il faut du contenu pour espérer récolter des points, et les joueurs l'ont maintenant bien compris.»

La suite…

«Nous sommes en alerte car je sens que certains ont déjà le sentiment du devoir accompli, alors que nous ne sommes qu'à mi-saison. L'objectif n'est pas de bien figurer, l'objectif c'est le maintien et pour cela un compte à rebours a commencé jusqu'au 24 avril et chaque minute d'entraînement et de matches compteront. Nous avons commencé la saison avec la peur de perdre, nous avons maintenant l'envie de gagner.»

A commencer par un bloc très sérieux en janvier…

«Nous allons à Castanet dimanche, un club que je respecte, avec son staff qui depuis plusieurs années n'a plus rien à démontrer tellement leurs résultats parlent pour eux, à commencer par leur dernière victoire contre Bagnères. Puis Rodez à Lombez qui revient très fort et qui a entamé son ascension. On finira à Auch, le match des Gersois dans un stade du Moulias qui sera, j'espère, plein comme un œuf, pour récompenser mes joueurs de pouvoir vivre cela une fois dans leur carrière avec Lombez-Samatan. Il me tarde. Ce sera à nouveau la fête du rugby gersois.»

L'effectif du LSC s'étoffe

Lombez Samatan Club

Alexandre Baron, de retour après une longue blessure./Photo DDM, E. D.
Alexandre Baron, de retour après une longue blessure./Photo DDM, E. D.

Premier galop d'essai de l'année 2016 pour les deux équipes du LSC. Ils l'ont effectué au FC Lourdes, un club au passé prestigieux. Ce match amical s'est déroulé en trois tiers-temps : un premier pour l'équipe de N 2, le deuxième la Fédérale 1 et la N 2 en mixte et pour finir un dernier tiers uniquement avec la Fédérale 1. Pour l'anecdote, ce sont les Savistes qui l'ont emporté sur le score de 24 à 21.

Au-delà de cette victoire toute symbolique, les Gersois ont mis en exergue le travail studieux qu'ils ont fourni durant la trêve des confiseurs . Cela aura aussi permis aux entraîneurs de faire le point sur leur effectif. Ils en ont recueilli de bonnes nouvelles comme la rentrée à 100 % d'Alexandre Baron, une assurance pour le jeu au pied. Les reprises de Salhi et de Cans se profilent, sans oublier l'intégration de jeunes dans l'effectif : Barrau, Tourou, Gilibert, Salis... tous ces jeunes joueurs sont désormais, eux aussi, préparés à la Fédérale 1.

L'effectif du LSC s'étoffe donc en cours de saison et une constatation s'impose : la motivation de tout le club pour rester en Fédérale 1.

Lombez Samatan dans un autre monde

Fédérale 1 - Fédérale 1. Nevers - Lombez-Samatan 0. 40 - 0.

Les Savistes reprendront la compétition dans six semaines./Photo DDM, arch. Nedir Debbiche.
Les Savistes reprendront la compétition dans six semaines./Photo DDM, arch. Nedir Debbiche.

Il n'y a pas eu de miracle à Nevers pour le Lombez Smatan club. En fait, les Gascons sont arrivés sur une autre planète rugbystique; L'entraîneur saviste, Christophe Lafforgue, ne dit pas le contraire : «C'est un truc monstrueux, un truc de dingue à tous les niveaux. Nevers est une équipe montrueuse c'est,gaillard partout , c'est énorme. Mais je suis très fier de mes joueurs. On partait très diminués, avec des très jeunes joueurs comme Dallies ou Barrau. On s'est accroché, on leur a tout de même posé quelques problèmes. Nous sommes arrivés à la mi temps on était menés 12 à 0 et c'est beau. Après, à partir de la 59e, on prend deux essais coups sur coup, et on explose. Mais si on ne s'était pas accroché on aurait pris beaucoup plus cher. Je suis très fier de mes joueurs ils se sont investis à fond.»

Le LSC a donc subi le sort de toutes les petites équipes de la poule, dans la Nièvre, sans pouvoir faire grand-chose : le pot de fer contre le pot de terre.

Ce n'est pas le LSC qui n'a pas sa place dans cette fédérale une, cette élite «amateur», ce sont tout simplement les deux grosses écuries de la poule qui mériteraient de rencontrer leurs semblables dans une poule bien à elles. C'est un constat qui a été maintes et maintes fois souligné, dans ce coin de la Save : «Ces équipes et structure professionnelles n'ont rien à faire là. Et finalement pour les joueurs comme pour l'entourage du club, ça doit être frustrant de faire une saison pour voir trois ou quatre matches intéressants où il y a une opposition constructive pour voir progresser le jeu de son équipe».

Après cette sortie récréative et sans enjeu, le LSC va se mettre un peu au repos et panser les plaies de cette première phase. IL lui faut préparer la seconde partie avec des rencontres déjà capitales à Castanet et contre Rodez en janvier.

Le maintien est toujours et plus que jamais à l'ordre du jour dans une fédérale une qui, peut-être la saison prochaine, sera vraiment une élite amateur ?


nevers 40 - lombez-samatan 0

MT : 12-0. Arbitre : Guillaume Robin (Flandres).

Pour Nevers : 6 E Bonvalot (25, 60), pénalité (39), Vuillemin (46), Maury (59), Fabrègue (74), 5 T (39) Derrieux , 46, 58, 60, 74) Vuillemin .

Évolution du score : 5-0, 10-0, 12-0, MT, 17-0, 19-0, 24-0, 26-0, 31-0, 33-0, 38-0, 40-0.

Cartons blancs : à Lombez-Samatan, Urbaïtis (57').

Cartons jaunes : à Lombez-Samatan, Dachary (37')

Cartons rouges : à Nevers, Autagavaïa (35) ; à Lombez-Samatan, Quezel (35).

«Important pour Samatan»

Lombez Samatan Club

Hervé Lefebvre, maire de Samatan./ Photo DDM, S. L.
Hervé Lefebvre, maire de Samatan./ Photo DDM, S. L.

Le rugby a une place de choix dans votre ville de Samatan. Le maire est aussi impliqué dans la vie du club et sa saison en Fédérale 1 ?

Hervé Lefebvre (maire de Samatan) «On est très contents que le LSC soit là. Le club a été longtemps un très bon club de Fédérale 2, c'est très bien qu'il soit en Fédérale 1, c'est très important pour l'image de la ville de renouer avec cette division. Nous avons apporté notre soutien financier au club pour que ce soit une référence. Nous sommes très fiers des joueurs et du club. Nous sommes derrière eux.»

Jeanne, votre fille, a marqué son deuxième essai en deux matches des filles. Le rugby est aussi une affaire de famille ?

«Moi je suis judoka, pas du tout rugbyman au départ. Mes enfants ont tous fait du judo, il y a cette découverte du rugby pour mon fils, via l'UNSS du collège, puis il y a cette section rugby qui a fini par détourner ma fille du judo, à contrecœur, mais elle ne pouvait pas faire les deux. C'est une aventure extraordinaire que toutes ces filles sont en train de vivre. Elles sont soudées et ont obtenu leur première victoire face à Montauban, le week-end dernier. C'est une très belle aventure pour les filles du territoire du Savès. J'encourage les supporters à venir voir un match de filles, c'est très intéressant. Un coup de chapeau tout de même à tous les éducateurs qui s'en occupent, et plus particulièrement à Pierre-Henri Deauze, ce jeune talentueux, qui a relevé ce défi par un gros travail. Avec la montée en Fédérale 1, c'est un des plus beaux résultats du LSC.»

Il y a toujours beaucoup de manifestation à Samatan. Ce dimanche, il y a Gasconh'à table. Vous allez trouver le temps d'aller voir ce match crucial pour l'avenir du LSC ?

«Je mangerai le midi à Gasconh'à table, je ferais défection au repas d'avant-match dont je suis un «accro». C'est dommage car c'est un moment de grande convivialité avec une ambiance extraordinaire. Ce dimanche, je vais soutenir aussi les bénévoles de Gasconh'à table, mais je ferais un tour dans les tribunes du stade pour ce match très important pour l'avenir du LSC.»

Premier bilan pour le Lombez Samatan Club

Lombez Samatan Club - Rugby

Les joueurs savent que l'on peut y arriver./Photo DDM, E. D.
Les joueurs savent que l'on peut y arriver./Photo DDM, E. D.

C'est à une semaine et demie de la reprise du championnat que le LSC disputera un match, à domicile, face à Blagnac, 4e de la poule. L'équipe du LSC peut déjà tirer un premier bilan de son début de saison. Il est loin d'être négatif pour les dirigeants du club.

Christophe Lafforgue analyse

«Avec le premier bloc de 4 rencontres, on plongeait dans l'inconnu. On ne connaissait pas le niveau de jeu. Au bilan, même si au bout on est à 4 défaites, on se rend compte qu'on n'est pas à des années-lumière du niveau requis en Fédérale 1. On est sur beaucoup plus de vitesse, ce qui apparaît c'est que nous avons besoin de travailler les détails. On a aussi et surtout un manque de lucidité que nous payons cash, par deux fois, on prend 14 points dans les deux dernières minutes. Les solutions, nous pensons les avoir : il nous faut travailler physiquement pour gagner en maîtrise, en touches, nous avons du mal essentiellement parce que nous manquons de concentration, tout ça, ça se travaille. Le système mis en place par Jérôme Balaguet devrait nous permettre d'apporter un plus. Le secteur où nous avons été surpris, c'est en mêlée où nous avions de grandes craintes et, finalement, nous nous en sortons pas mal du tout, nous progressons aussi dans ce secteur.»

En l'absence de résultats probants et avec un seul petit point au compteur, on pouvait craindre du côté de l'encadrement une certaine démobilisation des troupes. Il n'en est rien. Tout le monde reste très motivé comme en atteste le nombre de joueurs, 55 qui ont répondu présent pour le stage organisé toute la journée de samedi.

Christophe Lafforgue poursuit : «Le mois d'octobre a été très studieux, les joueurs sont très motivés parce qu'ils savent qu'on peut y arriver. L'objectif ne changera pas de toute façon, c'est le maintien. Et le mois qui arrive sera celui du maintien face à des concurrents directs. Et là, nous ne devons pas faire d'impair. Pour ma part, je suis confiant, nous avons un staff sportif de grande qualité qui nous permet aujourd'hui de progresser et pour nous mettre du baume au cœur, nous avons la nationale B qui se bat pour le podium.»


Ce week-end

Malgré les vacances et/ou la trêve, il y aura bien des équipes du Lombez-Samatan-Club sur le pont ce week-end. L'équipe de Fédérale 1, en pleine préparation pour la reprise face à Blagnac le 1er novembre à Samatan, jouera le match retour contre Saint-Sulpice, ce vendredi, à 19 heures. La Nationale B, dans la même optique du derby intervallées (Save-Garonne), jouera un match amical, mais elle se déplacera à Grenade-sur-Garonne, ce vendredi, à 19 heures.

Chez les jeunes, les cadets et juniors recevront Cahors, samedi, à 14 heures et à 16 h 30, à Samatan, pour un match de rattrapage.