Le Lombez Samatan Club, club de rugby chargé d'histoire, vous accueille sur son site.

Le groupe seniors évolue en fédérale 1, l'élite du rugby amateur. Fort d'une école de rugby dynamique et conviviale, d'un pôle jeunes performant, le club compte aujourd'hui 450 licenciés.

Venez découvrir sur ces pages la vie du LSC.

  

Actualités

LSC : défaite bonifiée

Fédérale 1

Dans les dernières minutes de la partie, l'ailier du LSC Jamy Soulisse, hérite d'un ballon après plusieurs temps de jeu. Le nouveau trois quart saviste met le feu à la défense locale, un cadrage débord, il revient à l'intérieur et gruge le dernier défenseur pour offrir aux Gersois un essai de grande classe, mais aussi et surtout le précieux point du bonus défensif. 29 à 23, le score ne bougera évidemment pas.

C'est en seconde période que tout s'est joué. Saint-Médard revient dans le jeu, on s'accroche côté gascon, avec un bel essai de trois quart qui a vu Rémi Roumiguié au départ et à la conclusion de l'action. Ensuite quelques fautes, Saint Médard qui rate le break et le LSC qui ne lâche rien et obtient un point mérité qui montre, si besoin était, que les Gersois ont largement leur place dans cette division.


saint-medard-en-jalles 29 - lombez-samatan 23

MT : 9-6. Arbitre M Celaya (Côte Basque Landes).

Pour St Médard-en-Jalles : 2 E De Pénalité (57), Pendanx (77), 2 T Ospital, 5 pénalités Geneste (10, 14, 25, 45), Ospital (64)

Pour Lombez-Samatan : 2 E R. Roumiguie (49), Soulisse (80+3), 2 T et 3 P (6, 31, 47) de Lauvernet.

St Médard-en-Jalles : Abbad - Pourredon, Fritz (Montiel, 50), Lopez, Mawalu - (o) Laborde, (m) Geneste (cap) (Ospital, 50) - Abid (Pendanx, 50), Kanté, Ledan (Bichon, 77) - Mynhardt, Pinsonneau (Merle, 45) - Millet (Brooks, 45), Guerrero (Cherkaoui, 78), Poupeau (Hernandez, 75).

Carton jaune : Mawalu (60)

Lombez-Samatan : Delbos - Soulisse, Suderie, R. Roumiguie, A. Roumiguie (o) Lauvernet, (m) Bensalla - Oro (cap), Nonon (Salis, 40), Peres - Dachary (Lavigne, 40), Renaud - C. Punch, Bertrand (Moulis, 40), Benlebbad (Salvat, 35).

St-Médard ressemble au LSC

Fédérale 1 - Lombez-Samatan se déplace en Gironde dimanche, à 15h30. le week-end sportif.

 

Deuxième club du département, une école de rugby, sinon la meilleure, en tout cas une dont la réputation dépasse, et de loin, les frontières du département. Un club qui a des valeurs humaines et une philosophie de jeu et de plaisir. En fait, si on était dans le Gers, on penserait tout de suite au Lombez-Samatan-Club. Sauf que là, on parle de la Gironde et d'une autre cité qui vit pour son rugby : Saint-Médard-en-Jalles.

Les dieux du rugby ont décidé de se pencher de la même façon sur le berceau des clubs gersois et girondins, de la même manière, et de leur insuffler la belle passion qui les anime et qui draine autant de bénévoles et d'aficionados autour d'eux.

Et comme les dieux du rugby sont parfois taquins, cette année, ils les ont mis dans la même poule.

Ce dimanche, ce sera le premier duel entre les deux clubs quasiment jumeaux. Mais où en est le club girondin ? Patrick Vergé, leur entraîneur, répond : «On a fini la saison un peu tard et de façon un peu inespérée. On remontait et on s'est retrouvé en quart de finale face à Valence-d'Agen, c'était beau. On aurait pu passer mais on a eu un trou d'air au match retour, dans des conditions météo difficiles. Cette nouvelle saison, on l'a mieux préparée. Nous avons remédié au départ de trois joueurs cadres qui ont terminé leur carrière. Nous avons recruté des joueurs avec le même profil humain, qui rentrent totalement dans le profil du club. Dimanche, à Saint- Jean-de-Luz, on n'a pas fait ce qu'il faut pour gagner, on revient avec le point du bonus défensif alors que l'on pouvait obtenir la victoire.»

Quant à évoquer Lombez-Samatan, le coach girondin confirme : «Ce club a le même profil que le nôtre et que l'équipe que nous avons affrontée dimanche. C'est une formation qui ne lâche rien. Mais de toute façon, c'est la marque de fabrique de la majorité des équipes que nous allons rencontrer cette année. Ce ne sont pas de grosses équipes au niveau budget, mais elles sont très grosses au niveau du cœur.»

E.D.

«Nous avons lancé la saison»

Fédérale 1

 

Yohan Marty (co entraineur du LSC) : «Ce sont quatre points, qui récompensent un match ou nous avons dominé. Nous avons corrigé nos problèmes en conquête. Nous pouvons être contents de ce résultat que nous avons obtenu avec 14 licences blanches, il n'y a pas deux clubs à faire pareil. Nous avons trouvé un groupe de joueurs de bon niveau. Nous avons encore du travail , mais en reproduisant ce genre de match, nous en gagnerons d'autres».

Partick Bentayou (entraîneur de Bagnères) : «C'est un match bizarre qui s'est joué sur un faux rythme avec seulement quatre mêlées dans toute la partie et des milliers de fautes. Lombez à une occasion qu'il concrétise, nous, nous n'avons pas su convertir nos occasions en points. Dimanche ce sera Nantes, un déplacement que nous ferons sans pression, mais ça aurait été bon de prendre des points ici.»

Le LSC exact au rendez vous

Fédérale 1 - Lombez-Samatan - Bagnères-de-Bigorre. 20 - 9

 

U n dernier coup franc pour Bagnères qui fait le siège de la ligne gersoise, le pack visiteur se lâche dans cette dernière action, trop sans doute, son vis à vis récupère le ballon, Antoine Roumiguié tape loin en touche. C'est la 85e minute, le LSC clôture un match d'une belle intensité par une victoire, qui plus est face à un des favoris de la poule.

C'est le LSC qui a réalisé le meilleur retour des vestiaires, avec un jeu dynamisé qui a bien failli surprendre les Bigourdans. Cependant les longues séquences de jeu dans le camp visiteur se sont avérées stériles, avec une seule pénalité pour le camp gersois réussie par Julien Lauvernet. 12 à 9 à la 48e, ce n'était pas cher payé.

Puis est venue l'embellie à la 58e. Une prise de balle en touche de Oro sur les 40 mètres bagnérais, un point de fixation, Bensalla hérite de la balle, fait le vide dans la défense adverse, d'une longue passe acrobatique il sert Oro, revenu en trombe. Celui-ci ne se pose pas de question et dépose la défense visiteuse pour marquer en coin le seul essai du match. 17 à 9, et 20 minutes à jour, l'optimisme était de rigueur dans le camp gersois. La dernière pénalité de Laubvernet portant le score à 20 à 9, allait obliger les visiteurs à marquer de gros points. Ils s'y sont essayés durant toute la fin du match, en vain. Le LSC a su opposer une défense de fer, et exploiter les petites erreurs dues à la précipitation de ses adversaires. Au bilan une belle victoire qui augure bien de cette nouvelle saison.


lombez-samatan 20 bagnères-de-Bigorre 9

MT 9-9. Arbitre MR Beun (Provence) assisté de MM Lohiage et Duhau (CBL) Pour Lombez Samatan : 1 E. Oro (58), 5 P Bensalla (9) Lauvernet (28 39 48, 71)

Pour Bagnères de Bigorre : 3 P Dasque (12, 21, 40)

Lombez-Samatan : 15 Cot, Soulise Sudérie léo,; Rémi Roumiguié Antoine Roumiguié, 10 Lauvernet, 9 Bensalla, Oro, Nonnon, Peres, Dachary, Lavigne, Punch, Moulis (cap) Salvat. Sont entrés en cours de jeu Benlabbad, Bertrand, Bellier, salis, Revel, Malet, Delbos, Renaud.

Bagnère de Bigorre : 15 Dasque, Ducamp, Barrats, De la Fuente, 10 Laharrague, Dupuy, Cazorla, Loustalet, Lopez, Miro, Pettigiani (cap), Lambrot, F.Dupuy, Bourhis. Sont entrés en cours de jeu, Saayman, Pambrun, Monto, Degrave, Baque, Cayrolle, Daragnou, Lisbani.

Carton jaune : Pettigiani (29).

Les retrouvailles du LSC

Ce ne sera pas une ouverture de saison très facile pour le LSC qui va se frotter à une équipe de Bagnères-de-Bigorre que l'on poste à une place de favori dans cette poule pour cette nouvelle saison. D'autant plus que ce sera tout de même le premier des derbys du comité Armagnac-Bigorre, le deuxième sera le 16 octobre lorsque le FCA recevra le TPR. On peut donc s'attendre à une belle affluence sur les bords de la Save. Pas facile aussi pour les entraîneurs des deux clubs qui partagent une solide amitié. Qu'en sera-t-il du contenu sportif ? Là est toute la question.

Depuis, les deux clubs ont connu des destins différents avec un beau parcours de Bagnères en «quali»f; le maintien et un très beau parcours pour l'équipe II du LSC en championnat.

Aujourd'hui, à l'heure des retrouvailles, ce sera l'occasion de faire le point sur leur fin de saison respective pour les deux équipes et surtout de faire un premier bilan de leur intersaison.

Pour le LSC, il y aura eu le changement d'entraîneur et l'apport de nouveaux joueurs, et pour Bagnères de gros renforts avec entre autres le pilier Mathieu Maumus, ex-Lille, ex-TPR.

Cependant, outre ces apports, les deux clubs ne changeront pas fondamentalement, Olivier Argentin, le nouvel homme fort du LSC, est du sérail, et donc totalement dans l'esprit du club saviste : «On sait à quoi s'attendre, c'est une équipe très forte avec, devant, une grosse conquête, de plus il y a eu un gros recrutement. Ça va être très compliqué au niveau de la conquête. Ils n'ont rien à perdre dans un tout début de saison difficile pour eux puisqu'ils se déplacent deux fois, chez nous et à Nantes».

A Bagnères, on ne prendra pas, et de loin, les Gersois de haut.

Argentin : «La culture du LSC m'a suivi»

 

Le Lombez-Samatan-Club du nouvel entraîneur de la première, Olivier Argentin, ouvre sa saison demain, sur sa pelouse, face à Bagnères-de-Bigorre.

Une nouvelle saison pour un retour au club...

C'est une nouvelle saison pour moi avec un retour aux sources, oui. C'est une décision logique. J'avais envisagé d'arrêter, en particulier pour raisons professionnelles, mais j'ai changé d'avis parce que le retour au club avait un sens pour moi. J'ai débuté à Lombez à l'âge de 5 ans, on m'a donné l'occasion d'entraîner ce club qui m'a tout appris, je l'ai saisie, je vais terminer ma boucle là où elle a commencé.

Il y a un groupe de joueurs intéressant humainement et brillant. Je les suivais de loin avec Saint-Sulpice, c'est un groupe avec qui j'ai envie de partager le rugby. Après j'aurais d'autant plus de facilité d'adaptation que la culture de jeu du LSC m'a toujours suivie, et j'ai toujours fait en sorte de l'appliquer, alors un Lombézien qui fait du Lombez, ça pourra marcher. Et après, le LSC sera toujours le LSC, nous aurons, encore, ce dimanche, 14 licences blanches avec une bonne dizaine de joueurs formés au club. Je ne sais pas si un autre club de Fédérale 1 peut se vanter de cette performance. Pour nous, au LSC, c'est déjà une victoire, et cela est dû au travail de qualité qui est fait chez les jeunes.

Vous êtes prêts ?

Avec le match amical contre Auch (0-33), nous avons été confrontés à une autre galaxie, celle des joueurs pro. Nous avions un grand nombre de blessés, ça nous a permis de voir un paquet de jeunes. Nous avons montré, malgré les écarts, nos qualités de combat sur ce match compliqué, maintenant on sait avec qui on peut partir à la guerre. De toute façon, nous savons pertinemment que ce sera la bataille tous les dimanches, on s'en sortira en faisant beaucoup de jeu, en se montrant combattant. L'amalgame se fait au niveau de l'effectif, de la cohésion, nous sommes bien.

Assez pour défier Bagnères dimanche ?

L'année dernière, j'ai vu le match contre eux. Bagnères avait eu quelques problèmes extrasportifs, qui ont eu une influence sur la prestation, cependant ça ne doit pas enlever de la valeur à la victoire du LSC. Ce n'était pas le même contexte que cette fois-ci, je suis bien placé pour le savoir, Patrick (Bentayou), l'entraîneur, est mon ami. Ils vont venir ici, avec un gros recrutement, ce sera une tout autre équipe avec des joueurs différents. Dans la poule, ils font partie des favoris pour la qualification, avec Langon. C'est pour ça que, pour nous, ça va être compliqué, il va falloir que nous soyons à 150 %.

«La richesse du LSC c'est d'être pauvre»

Lombez Samatan Club - Rugby. Fédérale 1. Lombez-Samatan en match de préparation contre Lannemezan demain

 

Soixante-dix-huit printemps et toujours la même énergie , le président René Daubriac trace les ambitions des «rouge et blanc» pour la future saison. Et évoque les traits de sa réussite avec ces «valeurs» qu'il défend tant…

Quel est le principal objectif du LSC cette saison ?

C'est de faire plaisir aux nombreux supporters qui vont nous suivre. Ici, la fidélité ça compte. L'objectif, aussi, le plaisir que doivent prendre les joueurs à pratiquer ce magnifique jeu qu'est le rugby. Enfin, confirmer ce que l'on a fait l'an dernier en faisant un peu mieux. En assurant le maintien sur le pré et pas sur tapis vert. Ce qui rendrait la tâche plus facile pour les dirigeants.

Sur le plan sportif, les poules ont été modifiées. Un avantage pour le LSC, justement, pour le maintien ?

Oui, ça peut faire l'affaire. En tout cas, cela ne fait pas celle du trésorier. Nous nous réjouissions de jouer avec le FCA et d'autres gros clubs. Au cours de cette saison, nous allons nous confronter à de gros clubs comme Tyrosse ou Rouen.

Le club a changé de manager. Le début d'un nouveau cycle ?

Les cycles sont de trois ans. C'est une logique. Nous sommes dans la continuité avec un enfant du pays qui succède à un enfant du pays. Olivier Argentin a été champion de France avec Lombez-Samatan.

Au niveau du recrutement, également, vous avez misé sur la carte jeune. Christophe Lafforgue prend en charge le pôle jeunes du club. Vous pensez à l'avenir ?

Bien sûr ! Même à 78 ans, je pense à l'avenir. On y pense dans la relève au niveau du club et au niveau des joueurs. Recruter, ce n'est pas le fort du LSC. Le pôle jeunes doit être plein d'espérances pour la suite. Il est important que les jeunes joueurs s'épanouissent ici. C'est tout le mal qu'on leur souhaite.

On a l'impression que le rugby de clocher qui disparaît petit à petit fait de la résistance dans la Save ?

Ici, ce sont des villages gaulois. On fait de la résistance. On est bien enfermés dans nos valeurs. On connaît nos possibilités. On a le tempérament que l'on mérite. Le nôtre, c'est de travailler et travailler toujours, de se transcender tous les dimanches. Notre défi permanent, c'est la joie de vivre.

Justement quelle est la recette du LSC pour réussir ?

La richesse du LSC c'est d'être pauvre. Nous n'avons pas l'argent mais nous avons tout le reste. Des gens qui travaillent, les anciens s'y mettent, des nouveaux arrivent. Je remercie aussi tous nos partenaires. Et tout cela nous permet de vivre en F1 avec le plus petit budget.

On ne compte plus vos années de présidence. À 78 ans, c'est une véritable passion qui vous anime à la tête de ce club…

J'ai 78 ans et j'ai commencé en 1978. Cette aventure, je l'aime. J'aime le club. Je l'ai chevillé au corps. Sans ce groupe, je ne serais rien et le LSC n'existerait pas. Je suis content tous les ans de recruter de nouveaux dirigeants et de poursuivre cette belle aventure avec la famille du LSC.

LSC-Lannemezan demain à 18h sur le terrain de St-Lary (réserve à 16h).

Un Springbok dans le pack du LSC

Fédérale 1

 

Son sourire et son accent ont déjà séduit les supporters «rouge et blanc», vendredi soir, autour de la main courante du stade Paul-Vigneaux de Lombez.

Steven Barber, jeune Sud-Africain de 21 ans (1,85 m pour 114 kg), n'a pas encore reçu sa licence de la FFR et assiste en tant que spectateur au premier match amical de ses nouveaux coéquipiers. Après un peu plus d'une saison passée du côté de Tarbes, celui qui évolue au poste de pilier droit a décidé de tenter l'aventure gersoise. Sous la tunique du LSC «avec les conseils d'Henry Broncan».

«Il m'a dit que c'était un club pour moi. En tout cas, c'est un nouveau challenge que je suis heureux de relever», explique-t-il, en faisant de jolis efforts pour s'exprimer en français. Après quelques jours de vacances en Afrique du Sud, il est arrivé en milieu de semaine dernière dans le Gers. A peine avait-il posé ses valises à Samatan qu'il a participé à son premier entraînement. Il va multiplier ses efforts pour «s'habituer à ses nouveaux partenaires et au jeu du LSC». «Le rugby a de l'importance pour vous les Français. Et chez nous aussi c'est très important. Ici, on joue un peu moins vite. Au départ, il a fallu s'adapter à ce jeu», souligne Steven Barber.

En quelques jours à peine, le Sud-Africain a pu mesurer «l'importance du rugby» pour Lombez-Samatan. «Le club représente beaucoup ici et énormément de monde s'occupe de ce club», lâche-t-il.

Dès le week-end prochain, le jeune pilier devrait porter pour la première fois la tunique «rouge et blanc» lors du déplacement à Saint-Lary pour le stage et le match amical face à Lannemezan.

Du côté des dirigeants du LSC, on ne cache pas la satisfaction d'avoir enrôlé ce Sud-Africain. «Henry (NDLR : Broncan) nous l'a conseillé en arguant qu'il avait les qualités requises pour évoluer chez nous», souligne le coprésident Eric Daubriac.

En tout cas, Steven Barber a prévenu. Le jeune Springbok ne vient pas pour faire du tourisme et visiter le Gers. Il veut pousser fort et apporter toute son énergie pour que le LSC aille le plus loin possible.

Rugby : dès son premier match, le LSC met du rythme

 

Après trois semaines d'entraînement dans les jambes, le Lombez Samatan Club disputait, vendredi soir, à Lombez, son premier match amical face à Blagnac. «Le moyen de mettre en application ce que l'on travaille depuis la reprise », lâchait le manager, Olivier Argentin, quelques heures avant le coup d'envoi.

Dès celui-ci, les locaux se font surprendre par la vivacité de Blagnac. Profitant d'un placement défensif laxiste, le centre adverse pose le cuir en terre promise. Il faut attendre le quart d'heure de jeu pour voir les garçons des co-présidents René et Éric Daubriac s'inviter dans le camp adverse. Solide sur ses appuis, Oro dynamique le premier rideau défensif. Le pack emmené par le capitaine Moulis glane des ballons précieux. Après vingt mètres de course, il sert Bensalla qui enclenche sa ligne de trois-quart. La défense adverse, bien en place, ne vacille pas. Tout comme sur l'action combinée de Cans et Roumigué (30e). Le LSC garde sa mainmise sur cette fin de période.

14-00 à la mi-temps

Sur une pénalité rapidement jouée par Bensalla pour Oro, la première ligne pilonne le huit blagnacais pour échouer à quelques millimètres. Un temps fort non concrétisé par le LSC qui a laissé du «jus» sur la pelouse. Sur le renvoi suivant, Blagnac en profite. Suite à un dégagement (et un rebond favorable), l'ailier haut-garonnais surprend la défense et prend le cuir pour placer une accélération et s'affale entre les perches (14-00 à la pause).

Même si un petit vent fort agréable se lève au début du second acte, la chaleur s'invite à ce premier match de reprise. La deuxième période baisse légèrement en intensité.

À plusieurs reprises, le LSC, en rythme, accule son adversaire sur sa ligne de but. Sans parvenir à tromper sa vigilance. Olivier Argentin effectue de nombreuses rotations avec l'entrée en jeu, notamment, de nombreux jeunes. «C'est une belle satisfaction. Nous n'avons fait que vingt minutes de mise en place à l'entraînement. C'est encourageant. En tout cas, une fois de plus, ils ont prouvé que c'était une bonne bande de copains et qu'ils aiment le maillot», conclut-il.

Le week-end prochain, le LSC sera en stage de Saint-Lary avec un match amical face à Lannemezan.

Une équipe Belascain en entente avec Lombez-Samatan

Rugby XV - Amateurs - XV

 

 

 

 

L'histoire commençait à fuiter. Christophe Lafforgue, le coordinateur sportif du pôle jeunes de Lombez-Samatan l'a confirmé : il y aura bien, la saison prochaine, une équipe engagée en championnat Belascain et issue d'une entente entre le Lombez-Samatan Club et la toute nouvelle Union Cazères Le Fousseret.

Côté Lombez, la volonté de redynamiser le pôle jeunes en recréant une équipe dans cette catégorie spécifique d'âge qui s'adresse aux moins de 21 ans «une génération qui sort des juniors (plus de 18 ans) et qui a parfois besoin d'une passerelle avant d'accéder aux seniors. Certains joueurs arrêtent après les juniors», précise Christophe Lafforgue.

Ce que corrobore Fabrice Ferrié, coprésident de la toute nouvelle U.C.F «Les juniors propulsés en seniors la saison dernière auraient eu besoin de s'aguerrir. C'est ce que nous attendons de cette équipe». L'affaire est donc lancée entre les deux clubs sur un territoire (très) élargi. Fabrice Ferrié s'est montré séduit par le discours enthousiaste de Christophe Lafforgue ; le technicien Gersois (originaire de l'Isle en Dodon) avouant être agréablement surpris par «un vrai souci de formation et de réelles compétences» dans les rangs de l'Union Cazères/Le Fousseret. Bref, au-delà des cadets et juniors toujours en entente avec Mazères au sein des Portes du Comminges, il y aura aussi une équipe Belascain en entente avec Lombez-Samatan.

Concrètement, si tout n'est pas encore défini, des solutions ont été trouvées, tenant compte des contraintes des étudiants. Le mercredi, des entraînements scindés auront lieu à Lombez et à Cazères ; le vendredi, il y aura des entraînements collectifs, ainsi que lors des périodes de vacances scolaires. C'est un projet ambitieux pour les deux clubs, qui démarre aujourd'hui avec un potentiel d'une trentaine de joueurs. «Pour bien faire, il faudrait porter l'effectif à 40 joueurs» termine Christophe Lafforgue. Le staff sera composé, côté Gersois, de Mariano Salazar et Benoit Argentin ; côté U.C.F, les entraîneurs sont encore à définir. Les référents sont, côté L.S.C, Christophe Lafforgue.

06 70 86 73 35 et côté U.C.F Christian Sébastien : 06 82 27 20 45.